Actualités

Exposition au Salon des Artistes – Septembre 2017


9 et 10 SEPTEMBRE 2017
Exposition collective

Salon des artistes du 3ème arrondissement

Mairie du 3ème arrondissement
2, rue Eugène Spuller, 75003 Paris.

Carte blanche à charlotte walior : studio des ursulines – 2008

Sortie du dvd : “ Quatre films de Charlotte Walior ” – 2007

QUATRE FILMS DE CHARLOTTE WALIOR – DVD

Critique dvdrama, février 2007 de Jean-Baptiste Guégan
D’abord actrice, Charlotte Walior a tourné dans une trentaine de films, puis tour à tour photographe et écrivain, elle se décide enfin à passer derrière la camera. C’est à partir de cet instant fait d’audace et de risques qu’elle écrit et réalise les quatre courts-métrages que compile Chalet Pointu, jeune éditeur parisien….

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

à propos de l’exposition : fnac forum des halles – 2002

NOIR-BLANC-ACIER

Généralement, il faut lever la tête ou l’incliner, pour observer une photographie. Ici, face aux oeuvres de Charlotte Walior, on est plongé naturellement dedans.
La profondeur est devant nous, le naturel nous transporte – simplement – apparemment = des ciels, des nuages, beaucoup de nuages fondants, pommelés et légers, lourds, pesants, prêts à éclater, donnent la trame. Et l’effet d’un instant est pérennisé.
Il est humanisé avec autant de force par l’effet d’une jambe, d’un vol, de quelques pierres ou l’encadrement d’une fenêtre.
C’est un arrêt sur image, un arrêt sur la vie qui passe. On aspire à plein poumon l’air, le vent, l’humidité.
L’espace encadré donne une ouverture sur le monde, un monde d’espérance.
Le mirage du vol de la barque n’en finit pas de nous emporter dans nos rêves. Le calme et la sérénité s’imposent dés le premier instant. Ils traduisent une vérité que Charlotte Walior veut transmettre.
Nous sommes doués de sens aigus, pourvu que nous sachions les mettre au service de la nature et du monde visible ou
invisible.

C’est une invitation.
Et par touches légères, d’un détail, Charlotte nous guide là où elle souhaite nous emmener.
Il en ressort une exaltation qui vient toucher à ces notions « d’universel » et « d’humain » qui ne cessent de s’entrecroiser.

La personnalité de Charlotte Walior, à travers les émotions fortes exprimées, est bien présente tout au long de ce cheminement.
Sa carrière de comédienne donne la présence, sa carrière d’auteur donne la matière, sa carrière de réalisatrice donne le regard.
Pas de personnages dans ses photos, car la vie est suffisamment présente et charlotte si présente. Pas de lumière imposée, c’est la nature qui l’impose, naturelle. Charlotte sait l’attendre ou la surprendre. Pas de cadrage reconstitué, c’est un petit angle de gros appareil, lourd, ancien qui fait corps avec elle et qui produira tous ces effets.
En un mot la vie est là, elle nous embrasse.

Charlotte l’embrasse et la prend à bras-le-corps pour ne jamais lâcher les maillons qui la tissent jusque dans la rouille de ses encadrements d’acier.

Juin 2002
Marianne Déon-Mayer

Galerie DÉON-MAYER

BLACK-WHITE-STEEL

Usually we look up at photographs or tilt our heads to look at them. With Charlotte Walior’’s work, we feel part of them.
Depth is before us, its essence just transports us to skies, where many dissolving clouds, puffy and light, heavy and ponderous, ready to burst, provide the weave. And there, the effect of the moment becomes perennial.
It is forcefully human through the position of a leg, a flight, a few stones, or a window frame.
Halt on an image, on a life that is passing. You can breathe air, wind, dampness.
The framed space as an opening to a world, a world of hope.

The mirage of the flight of the boat carries us into our dreams. Calm and serenity descend from the first instant, crystallising a truth that Charlotte wants to express.

Our senses are acute, provided that we know how to make them serve nature, the visible and the invisible.
It is a invitation. With light strokes, a detail, Charlotte guides us to where she wants to take us, to an exaltation of the notions of humanity and the universal, and an incessant intertwining of the two.

Charlotte Walior’s personality, through strong and expressed emotions, is present all along the way. The actress gives presence, the author material, and the film director the power of observation.
No people in her photos, since life and Charlotte are already there. Light is not planned, but is imposed by nature. Charlotte knows how to wait for it, or catch it by surprise. No reconstructed frame, it is a small angle on a bulky camera, heavy and old, that has become part of her and produces all these effects.

Life is there, embracing us. Charlotte embraces it and tackles it head on, never letting slip any links in the chain, even to the rust in her unrefined steel photo frames.

Juin 2002
Marianne Déon-Mayer

Galerie Déon-Mayer

Exposition à la FNAC – 30 Avril 2002

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les rendez-vous à la FNAC – 1 Juin 2002

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EXPOSITION : Galerie DEON Mayer – 2002

FENÊTRES SUR …

Trois petits points
Point virgule
Point d’interrogation : signes qui viennent donner un sens à la
vision de ce monde, fragmenté, voir «ébréché», que
nous propose Charlotte Walior.

Les pleins et les vides viennent jouer avec la lumière pour nous
suggérer des points d’interrogation.

Ce monde est dénué de présences humaines mais innondé de
spectres :
Monde du présent, du passé, aux belles âmes
Mode du réel, de la vie, monde de l’espérance

Trois petits points nous guident vers une lueur intérieure
C’est un reflet de notre «nous»,
Une projection sur d’autres «nous».

Point virgule ou deux points font jaillir les notions
d’introspection et rétrospection,

ce monde en recherche de lumière perce les ouvertures
architecturés et sériées.

C’est un monde clos, impénétrable, mais lourd de
réminiscences et fantasmes.

C’est un monde aéré, léger qui laisse courir l’imagination des
âmes positives.

M.D.M.

Marianne Déon-Mayer

Galerie DÉON-MAYER
115, rue Vieille du Temple 75003 Paris
Tel/ 01 42 74 24 71
www.galeriedeon-mayer.com

Article du time magazine sur “ Impair, passe et manque – Who MISSED WHO ? ” – 1998

EXPOSITION : Galerie DEON Mayer – 2001

Noir Blanc Acier

Communiqué

Chez Charlotte Walior,

les approches différentes de l’auteur – réalisatrice et de la Photographe,

les jeux de trans gression du noir et blanc par des effets de bougés, de grains et de flous contrastés,

le regard juste, humain, poétique font que le spectateur se laisse guider sur le chemin de la contemplation.

La mise en scène est au rendez-vous : grâce aux reflets, aux transparences grisées et à la matière brute de l’acier.

Cet effet de cadrage pur et cru stigmatise la photo elle-même « simplement » et « profondement ».

L’un porte l’autre et tous deux se fondent.

M.D.M.

Marianne Déon-Mayer

Galerie DÉON-MAYER
115, rue Vieille du Temple 75003 Paris
Tel/ 01 42 74 24 71
www.galeriedeon-mayer.com

EXPOSITION : LES MAUVAIS GARCONs – 2000

Acheter le DVD